Recommandation préventive d’un médecin homéopathe dans le cadre du coronavirus

Dans le contexte du coronavirus qui fait les gros titres, et génère de l’angoisse et de la confusion, nous avons eu envie de partager les conseils avisés reçus d’un médecin homéopathe en qui nous avons une grande confiance. 

Je suis cette affaire-là depuis le début et il me semble que le moment est venu de vous donner mon point de vue. Les conseils que je donne ci-après sont à la fois issus de mon expérience de médecin généraliste et homéopathe (ils ont été très suivis et avec succès par ma patientèle contre les grippes annuelles !) et de quelques sources : Alternative santé, Pierre Franchomme, Danièle Festy.

L’épidémie de coronavirus entre dans une nouvelle phase, puisque les cas augmentent en Italie, et que l’Europe commence à s’inquiéter. Et avant tout, il faut essayer de trouver le juste milieu entre le déni et l’angoisse excessive.

Les raisons de s’inquiéter :

le virus est contagieux, et plus grave que celui de la grippe, et il n’y a pas de traitement officiel (on essaye bien de recycler des antiviraux ou la chloroquine utilisée contre la paludisme, mais les spécialistes des maladies infectieuses ne semblent pas très convaincus). Les seuls traitements réels sont ceux des complications, assistance respiratoire par exemple durant la phase critique).

Les raisons de se rassurer :

80% des malades développent une forme bénigne, c’est leur système immunitaire qui soigne tout seul l’infection. Et sur les 20% restants, les formes vraiment graves ne représentent qu’un petit pourcentage. ET…non, on ne peut pas dire qu’il n’y ait pas de traitement. On a en particulier tout un arsenal avec les huiles essentielles, qui travaillent en synergie avec notre système immunitaire. Par ailleurs, les enfants semblent peu atteints.

Est-il utile de faire des réserves alimentaires ?

Ben…oui pourquoi pas, le virus va commencer à circuler davantage et il sera peut-être nécessaire de ne pas trop sortir à un moment donné…

Je ne parlerais pas ici des consignes de prévention, qui sont largement diffusées dans les médias, et qui sont valables. Se souvenir que ce qui transmet principalement la maladie ce sont les « postillons ».

Mes conseils pour ce coronavirus (qui sont en gros les mêmes que ceux que je recommande en général contre l’épidémie de grippe). Ce que j’écris ici n’engage que moi et certains conseils peuvent aller à l’encontre des recommandations officielles…

Conseils pour éviter ou soigner le coronavirus

 Concernant la prévention

Avant tout être en forme !! Dormir, manger sainement etc…Par contre, il est utile de préparer son système immunitaire par des traitements naturels adaptés : on peut prendre par ex de la vitamine C naturelle, de l’Echinacea, plante qui renforce l’immunité, sous forme de teinture-mère ou de comprimés (en magasins bio ou pharmacies), ou les EPS (extraits de plantes standardisées) CYPRES-ECHINACEA (en pharmacie), qui conviennent bien aux femmes enceintes et aux enfants qui ne peuvent prendre de solutions alcoolisées comme les teintures-mères.  Une cuiller à café par jour dans un peu d’eau, et  pour les enfants 3  à 4 ml pour 10 kgs et par jour. Pour les jeunes enfants on peut aussi la formule pediakid immunofort.  On peut aussi, si l’épidémie se rapproche prendre déjà quelques huiles essentielles en frictions, en inhalations prolongées (quelques gouttes dans un mouchoir) ou par voie orale, pour détruire les virus dès qu’ils pénètrent dans l’organisme.

Les pharmacies et les magasins bio proposent des sprays contenant des mélanges d’huiles essentielles, à respirer dans un mouchoir. Il peut être intéressant également de se procurer un diffuseur d’huiles essentielles. Ce ne sont pas de petites moyens, les huiles essentielles sont très puissantes et certaines ont des propriétés antivirales reconnues. On peut aussi prendre de l’extrait de pépins de pamplemousse et de la propolis, on les trouve aussi en magasin bio, ou en gélules, très pratique, au laboratoire La Royale (par internet). Pierre Franchomme, un spécialiste reconnu des huiles essentielles, recommande l’huile essentielle de feuilles de goyave, sur cet article paru en janvier 2020.

Concernant la contagion

Le coronavirus est contagieux par les gouttelettes projetées dans l’atmosphère. La désinfection de l’atmosphère avec des huiles essentielles permet de détruire la plupart des germes et virus: soit des sprays tout simples  (environ 10 euros, par exemple la lotion Pranaforce, résistance et défenses naturelles (ou un autre, on en trouve facilement dans les magasins de produits biologiques, et, de plus en plus, en pharmacie). Celle-ci a l’avantage de pouvoir être mise à toutes les sauces: en frictions, à avaler, en inhalations, en diffusion; il y a dedans cajeput, lavandin, eucalyptus radié et globulus, niaouli, romarin à cinéole,  pin sylvestre, menthe poivrée, ravintsara , il existe en spray et en flacon simple. Soit des nébulisations avec des appareils  assez coûteux: par exemple Santessence de chez Valnet avec Odarome qui va avec: on en met dans la coupelle avec un peu d’eau si on veut,  ça chauffe et ça diffuse, ou des nébuliseurs qui ne chauffent pas mais sont plus compliqués, ça peut se boucher, mais ça diffuse bien dans l’atmosphère les huiles essentielles simplement par « soufflerie ». Environ 65-70  euros les diffuseurs (magasins bio).

Concernant le traitement

Si l’on commence à se sentir malade (mais ce peut aussi bien être un simple rhume, la grippe…), il faut réagir  vite, quand le virus est encore maîtrisable, car il se développe de façon rapide: dès les premiers signes se soigner, c’est à dire ne faire que ça: ne pas tenir à tout prix au travail, en plus on est très contaminant. Mais aussi réagir dès qu’on a été en contact car le virus va se multiplier au début silencieusement.

  • Prendre un bain très chaud, éventuellement avec des huiles essentielles dedans (cannelle). Au moins à 40°, le plus qu’on peut supporter. Ensuite se mettre sous la couette pour continuer à avoir très chaud et boire une boisson très chaude type thym+citron+miel.  Certains préconisent même de respirer de l’air chaud (sèche-cheveux), mais si l’air est saturé de coronavirus ce n’est peut-être pas une bonne idée…
  • Ne pas combattre la température, au contraire. La fièvre est une façon de lutter contre la maladie, si on la fait tomber le virus se multiplie de plus belle (la température de développement du virus est à 37°, à 39° sa multiplication est freinée). (Voici un de mes conseils que vous n’entendrez pas sur les ondes mais dont j’ai toujours vérifié l’efficacité pendant toute mon activité de médecin !) .Un petit bémol concernant les enfants chez qui on ne peut pas laisser la température monter trop haut, mais même chez eux il ne fait pas se précipiter sur le Doliprane  (paracétamol) avant 6 ans (petit risque de convulsions fébriles).
  • Les huiles essentielles :
    • d’abord la Ravintsara, huile essentielle souveraine contre la grippe par exemple, une goutte en frictions thoraciques 4 5 fois par jour et une goutte à avaler 4 fois par jour dans une boulette de pain ou avec du miel. Se masser les plantes de pieds avec l’huile essentielle de Laurier noble. On peut acheter des mélanges tout prêts (à avaler) en pharmacie, magasins bio, ou par internet dans les labos comme le laboratoire Salvia (Alternativ’aroma qui contient Ravintsara, niaouli, ajowan, laurier noble, origan, cannelle, girofle, zeste de pamplemousse, dans une huile de périlla riche en omega 3). Les principales Huiles Essentielles antivirales étant celles de Ravintsara, cannelle, citron, eucalyptus radié, girofle, laurier noble, lavande aspic, menthe poivrée, tea tree, origan et thym à thujanol). Si je devais n’en recommander que deux ce serait l’Eucalyptus radié et l’origan compact mais ce dernier est extrêmement irritant pour les muqueuses, mettre une goutte dans une boulette de pain et avaler vie avec un verre d’eau ! (Plusieurs fois par jour). Mais c’est pour ça que les mélanges tout prêts en gouttes, c’est pratique.
    • Sinon si vous avez des huiles essentielles chez vous, vous pouvez utiliser en frictions, diluées dans un peu d’huile, menthe poivrée, cannelle, eucalyptus radié. A avaler, deux gouttes d’Eucalyptus radié seul ou un «mélange de tea tree, eucalyptus radié, thym vulgaire, deux gouttes du mélange avec un peu d’eau, chaude éventuellement, avec un peu de miel si besoin, dans une boulette de pain (l’HE de thym est aussi très irritante). Pour les femmes enceintes, en principe on ne recommande pas les HE, faute d’études suffisantes, de même les enfants.

Il y a aussi le chlorure de magnésium, qui permet de mobiliser très vite les défenses de l’organisme : moins de deux euros les 100g en magasin bio (si possible du « Nigari », chlorure de magnésium marin) : trois cuillers à soupe pour un litre d’eau, boire deux litres en trois jours, cela donne de la diarrhée mais c’est normal (la seule contre-indication est l’insuffisance rénale). Puis un verre par jour pendant encore une dizaine de jours. En préventif, un verre par jour. Ce n’est pas très bon mais on s’y habitue…Pas chez les enfants de moins de trois ans, diviser les doses par six pour les enfants.

Vous remarquerez que je ne donne pas une stratégie très précise, ce serait présomptueux de ma part de vous dire : « faites ce que je vous dis et tout ira bien » ! La santé est un processus complexe et délicat et rétablir son équilibre aussi, c’est pourquoi je vous présente un ensemble de propositions, et l’idée n’est pas de tout acheter ! Mais selon les circonstances, telle ou telle solution sera à privilégier (prévention, contacts possibles, premiers signes…). Chacun élabore sa propre stratégie !

Bon tout de même je suis médecin homéopathe et ne vais pas terminer sans un mot d’homéopathie ! C’est plus délicat à manier car le traitement homéopathique est individualisé, adapté à chaque personne. Mais  dans le cas d’une épidémie il y a un « génie » propre au virus épidémique, c’est à dire que la grippe aura telle caractéristique cette année-là, par exemple des douleurs derrière les yeux, ou des vomissements. Mais tant qu’on n’a pas d’élément clinique détaillé on ne peut prévoir le remède. Il semblerait qu’au vu des quelques infos (rares) provenant des cas de malades deux remèdes émergent : Phosphorus et Arsenicum Album. Et vu la panique qui se développe, Arsenicum pourrait bien arriver en tête mais je manque trop d’infos à ce stade pour en dire plus. Il faut savoir que ce qui a permis à l’homéopathie de se répandre au XIX è siècle, c’est une épidémie de typhus en 1813 et une épidémie de choléra en 1821-1822, tant les résultats ont été probants.

Bonne santé à tous, faites confiance en vos moyens de défenses immunitaires qui devraient venir à bout de tout ça!

 

C

Partager:
[an error occurred while processing this directive]