Vaccination coqueluche : vacciner les adultes pour protéger les nourrissons !

La vaccination contre la coqueluche reste la protection la plus efficace contre la maladie

La coqueluche est une maladie respiratoire très contagieuse qui se caractérise par d’intenses quintes de toux et qui peut être grave chez les nourrissons et jeunes enfants. C’est pourquoi il est important de vacciner les enfants mais aussi les adultes ! Explications.

La coqueluche : une maladie grave

La coqueluche est une infection respiratoire due à la bactérie « Bordetella pertussis ». La toux en est le signe essentiel, particulièrement en quintes.

Si les premiers symptômes sont assez bénins et similaires à toutes les personnes concernées (écoulement nasal, maux de gorge, toux sèche notamment la nuit, irritations oculaires…), une aggravation peut intervenir si aucune prise en charge efficace n’a été instaurée. Les conséquences peuvent être des complications pulmonaires et/ou neurologiques.

Chez les nourrissons, les complications peuvent être plus ou moins graves (difficultés respiratoires, otites infectieuses, déshydratation, perte de poids, pneumonie…) et nécessiter une hospitalisation d’urgence. Il existe un risque de décès chez les nourrissons de moins de 6 mois.

La coqueluche : une maladie bactérienne très contagieuse

Si la coqueluche touche de nombreuses personnes chaque année, c’est parce qu’elle est très contagieuse : une personne malade peut contaminer jusqu’à 15 personnes différentes ! Dans plus d’un cas sur deux, ce sont les parents qui la transmettent à leurs enfants ou bébés.

Cette maladie se transmet essentiellement par voie aérienne. Étant principalement caractérisée par des quintes de toux, elle se volatilise facilement dans les espaces de vie collectifs (crèches, écoles). La période d’incubation de la coqueluche est d’environ 10 jours.

« Bordetella pertussis » : une bactérie qui continue à circuler

Contrairement à de nombreuses autres maladies infantiles, il est possible d’avoir plusieurs fois la coqueluche au cours de sa vie, même à l’âge adulte.

De plus, la vaccination contre la coqueluche ne protège pas à vie contre l’infection. L’efficacité de la protection ne dure qu’une dizaine d’années environ, il est donc nécessaire d’effectuer une mise à jour de la vaccination. Ce que l’on appelle communément un « rappel coquelucheux« .

Les autorités sanitaires recommandent un rappel du vaccin contre la coqueluche à l’occasion du rappel des vaccins contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite qui intervient à l’âge de 25 ans (voir le calendrier des vaccinations 2018). La vaccination contre la coqueluche est désormais obligatoire pour tous les nourrissons nés à partir du 1er janvier 2018.

Une attention toute particulière est donc à porter :

  • À l’entourage du nourrisson : parents ou couple ayant un projet parental, frères et sœurs, baby-sitter, grands-parents.
  • À l’entourage de la femme enceinte et de son conjoint : famille, amis.
  • En post-partum immédiat (juste après l’accouchement) pour la mère, même si elle allaite.
  • Aux adultes âgés de 25 ans et plus : un rattrapage est possible jusqu’à l’âge de 39 ans.
  • Aux professionnels de santé et de la petite enfance, par exemple dans les crèches ou les écoles.

La vaccination comme seule barrière efficace contre la coqueluche

Le schéma vaccinal présenté ci-dessus reste la protection la plus efficace dans le cadre de la lutte contre la coqueluche. En s’assurant que la vaccination des nourrissons, dès les premiers mois de leur vie, et de leur entourage soient à jour, on bloque la prolifération de cette maladie.

Une meilleure couverture vaccinale permettrait d’éviter une cinquantaine d’hospitalisations de nourrissons chaque année !

Partager:
[an error occurred while processing this directive]