Gastro-entérite : quelles solutions pour y faire face ?

Quelle prise en charge et traitement efficace contre la gastro-entérite ?

L’épidémie de gastro-entérite a commencé dès la rentrée dans le Nord Isère, et ne faiblit pas. Cette affection la plupart du temps virale et bénigne n’en reste pas moins une épreuve pour l’organisme éprouvé par les vomissements et la déshydratation. Voici nos conseils pour y faire face le plus efficacement possible.

Quelle prise en charge de la gastro ?

Les gastro-entérites sont en grandes majorité virales. Les symptômes de la gastro se caractérisent très souvent par des vomissements et de la diarrhée. Les mesures de réhydratation peuvent être complétées par des traitements symptomatiques afin de soulager plus rapidement.
En cas de persistance des symptômes au-delà de 3 jours la consultation médicale est obligatoire.
De même, en cas de fièvre supérieure à 39°C, de vomissements importants, de sang et/ou de glaires dans les selles, dans un contexte de voyage ou de suspicion de cause iatrogène, c’est-à-dire des symptômes causés par un traitement médical, il devient urgent de consulter un médecin !

Chez l’enfant, les recommandations officielles associent à la réhydratation indispensable :

  • le Racecadotril (sur prescription médicale),
  • le Smecta
  • et/ou des probiotiques : Saccharomyces boulardii (Ultra-levure),  Lactobacillus rhamnosus GG (Lactibiane).

Les traitements contre la gastro-entérite

Réhydratation

La réhydratation (eau plate, thé, infusion…) est à la base de la prise en charge de la gastro-entérite.
Vigilance accrue avec les nourrissons, les moins de 6 ans et les personnes âgées, plus à risque en matière de déshydratation.
Il existe des sachets de soluté de réhydratation orale à reconstituer (Adiaril, Picolite…) ou à partir de 3 ans une solution prête à l’emploi (Ydrovit).

Anti-diarrhéiques

  • Le racecadotril (Tiorfast) à partir de 15 ans est un antisecrétoire qui n ‘ entraîne pas de constipation secondaire.
    En pratique : une gélule d’emblée, puis trois fois par jour, de préférence aux débuts des repas.
  • Les adsorbants intestinaux (Actapulgite, Smecta…) forment un pansement gastro-intestinal qui améliore la consistance des selles et soulage l’inconfort abdominal.
    En pratique : respecter un délai de deux heures avec d’autres médicaments. (Diminution de l’effet)
  • Le lopéramide – Imodium caps, Diaretyl, dès 15 ans – ralentit le temps de transit intestinal, mais peut induire une constipation secondaire.
    En pratique : 2 unités d’emblée, puis 1 après chaque selle liquide sans dépasser 6 par jour.

En homéopathie

Ce seront les mêmes médicaments pour enfants et adultes :

  • Systématiquement : 1 dose Arsenicum album 15CH, 1 dose dès que possible à renouveler 3h après si nécessaire.
  • Si diarrhées abondantes et douloureuses : Podophyllum 9CH
  • En cas de diarrhées abondantes et non douloureuses, fatigantes : China 9CH
  • Si diarrhées très abondantes avec douleurs abdominales, sueurs froides, malaises : Veratrum Album 15CH, 5 granules au rythme des diarrhées ou la spécialité Diaralia 1 comprimé 4 à 6 fois par jour
  • Enfin, en cas de douleurs crampoïdes on peut ajouter : Cuprum Metallicum 9CH, 5 granules à la demande

Anti-nauséeux

Le Vogalib peut être proposé en cas de nausées et vomissements chez l’adulte et l’enfant à partir de 6 ans en l’absence de fièvre et en respectant les contre-indications : glaucome à angle fermé, risque de rétention urinaire…
En pratique : 1 lyophilisat par prise, sans dépasser 2 à 4 par jour selon l’ âge , et 2 jours de traitement.

En homéopathie

  • Ipeca 9ch 5 granules au rythme des nausées et des vomissements
    les vomissements ne soulagent pas les nausées et il y a une hypersalivation
  • Nux vomica 9 ch 5 granules au rythme des nausées et des vomissements.
    les vomissements soulagent les nausées .

Probiotiques

Seules ou associées aux autres traitements, les souches indiquées pour rééquilibrer le microbiote intestinal sont :

  • Saccharomyces boulardii (ultralevure)
  • Saccharomyces cerevisiae (carbolevure)
  • Les lactobacilles (lactéol)
  • Lactobacillus rhamnosus (lactibiane immediat)

En pratique : dès le début de l’épisode diarrhéique et à poursuivre 5 à 15 jours après.

Pour ralentir l'épidémie de gastro, une solution : se laver les mains, souvent.

Quelques recommandations de votre pharmacien :

Durant l’épisode de gastro-entérite, l’allaitement maternel ou le lait habituel doivent être poursuivis, sauf recommandation contraire.
Pour éviter la dissémination des virus, nettoyer régulièrement les toilettes à l’eau de Javel et se laver fréquemment les mains à l’eau et au savon ou, à l’extérieur, à l’aide de solutions hydro-alcooliques.

Partager:
[an error occurred while processing this directive]